Inventeur : James GRIGGS – ⚡⚡⚡ Arc-ethic

Inventeur : James GRIGGS

James GRIGGS

James GRIGGS de Géorgie fait déjà l’expérience de la révolution de l’énergie. Il a inventé un appareil de chauffage qui l’a tout d’abord surpris à donner beaucoup plus d’énergie qu’il n’en consomme, en produisant des ondes de choc dans l’eau. Les théoriciens en nouvelle énergie veulent découvrir le mystère du fonctionnement de ce processus, mais les clients de GRIGGS, eux, veulent juste régler leurs problèmes terre-à-terre. Et comme lui et son associé ont investi plus d’un million de $ dans le projet, GRIGGS est naturellement très intéressé à vendre son produit à ses clients.

James GRIGGS schema 1GRIGGS est un électrotechnicien qui a été pendant quinze ans consultant en rendement énergétique ; l’incident qui l’a poussé sur la voie de l’invention se passa au cours d’un travail de routine, en 1987. Il était en train de vérifier la consommation énergétique dans un immeuble commercial, quand il remarqua que les tuyaux d’eau qui rejoignent un chauffe-eau étaient anormalement chauds. L’ingénieur de la société dit à GRIGGS que la chaleur était due aux coups de bélier, et que c’était sans intérêt. Le coup de bélier, appelé aussi cavitation, est un processus au cours duquel on entend de forts coups dans les tuyaux. Lorsqu’un liquide s’écoule très vite dans un tuyau, il se forme des bulles. Ces bulles éclatent lorsqu’elles sont transportées vers des endroits où la pression est plus élevée, créent des ondes de choc qui viennent cogner contre les parois du tuyau. Ce fait pose problème dans la mesure où l’impact de ces chocs peut piquer le métal et endommager le tuyau.

James GRIGGS schema 2GRIGGS se posa la question de savoir si le problème de la cavitation pouvait être tourné en bénéfice – la production de chaleur – sans que le métal se fasse attaquer. Il se demanda : « et si on utilisait la technique de l’onde de choc pour chauffer l’eau ? » Il travailla sur cette idée chez lui, pendant ses heures de loisirs, et finalement conçut un schéma technique réalisable. Sa pompe a un rotor cylindrique étroitement entouré d’un manteau d’acier. Lorsque le rotor tourne, l’eau passe dans le faible espace entre le rotor et son enveloppe. Le rotor est conçu de telle manière qu’il se crée des turbulences dans la fente étroite, ce qui chauffe l’eau et produit donc de la vapeur. La surprise arriva en 1988, lorsqu’un expert de tests constata que l’énergie produite par la Pompe Hydrosonique de GRIGGS sous forme de chaleur était de loin beaucoup plus importante que la quantité d’électricité qu’elle consommait – la pompe produisait un excédent d’énergie de 10 à 30 %.

James GRIGGS schema 3Comme GRIGGS était consultant en énergie, il trouva l’occasion de tester son système expérimental dans des usines qui utilisaient un procédé de chauffage de l’eau. Puis, content que son idée était juste, il risqua sa chance. En 1990, il cessa ses activités de consultant et créa Hydrodynamics Incorporated. Il finança lui-même la société jusqu’en 1993, lorsqu’il prit un associé. Au début, les ventes étaient timides, bien que GRIGGS continuât d’expérimenter, et qu’il construisît plus de 700 modèles de rotors différents. En 1992, la société vendit une pompe à une caserne de pompiers à Albany en Géorgie – une pompe qui continue toujours de produire des excès d’énergie. Et la confiance naquit dans la société des battants, lorsque l’année suivante, le magazine Popular Science publia un article de fond sur la fusion froide. GRIGGS prit connaissance de ces expérimentations sur les excès de chaleur et pensa que la science allait peut-être pouvoir expliquer les résultats qu’il obtenait. Grâce à ses contacts avec un réseau de chercheurs en fusion froide, et aux congrès sur les nouvelles énergies aux États-Unis et en Russie, GRIGGS commença à comprendre une réaction qui semblait liée à son appareil. Cet effet, appelé sonoluminescence, se produit lorsqu’un ultrason vient frapper des molécules liquides qui alors émettent de la lumière. Lors de beaucoup de tests, il était apparu que la Pompe Hydrosonique émettait une vapeur bleutée. GRIGGS utilisa ses nouvelles connaissances pour améliorer l’efficacité de la pompe. Un rendement élevé est l’une des deux caractéristiques les plus importantes de la pompe, l’autre étant son entretien facile. Tous les chauffe-eau électriques ont un rendement de 100 % au début, mais celui-ci baisse au fur et à mesure que les minéraux dans l’eau se déposent dans le mécanisme. C’est pourquoi les chauffe-eau classiques ont besoin d’être nettoyés. « La Pompe Hydrosonique est différente. Rien ne s’accumule », dit GRIGGS, « elle est autonettoyante. » De temps en temps, Griggs remarquait un autre effet inhabituel dans sa pompe – à plusieurs reprises, il vit des traces de fonte sur le côté externe du rotor. Mais ceci n’aurait pas pu se faire sous moins de 650° Celsius, une température beaucoup plus élevée que celle que pourrait atteindre une vapeur qui n’est pas sous une pression extrêmement haute. Un fait encore plus surprenant était que les particules microscopiques de métal fondu se ressoudaient elles-mêmes au rotor. Une telle soudure demanderait des températures encore plus élevées – de l’ordre de 2200° Celsius. Ce qui se passe à l’intérieur de la pompe hydrosonique n’est pas du seul ressort du coup de bélier, c’est évident. Ses mystères intriguent beaucoup les chercheurs en nouvelle énergie.

James GRIGGS schema 4Les scientifiques en nouvelles énergies ont peut-être été fascinés par l’appareil de GRIGGS, mais la communauté scientifique resta sceptique ou le ridiculisa. Plus de 100 ingénieurs sont venus et ont testé la pompe, et aucun n’a pu nier le fait qu’elle produise de la vapeur et de la chaleur. Mais tous dirent : « vous devez vous tromper quelque part dans vos calculs, » même lorsqu’ils faisaient eux-mêmes les tests. Mais un nouvel intérêt pour la Pompe Hydrosonique est en train de naître parmi la communauté scientifique. Le département des ingénieurs en bâtiment du Georgia Institute of Technology analyse la pompe afin de découvrir d’où vient l’excès d’énergie. Et la société locale de distribution d’électricité, Georgia Power, a parlé d’exposer la pompe dans son centre de développement des nouvelles technologies à Atlanta. Hydrodynamics Incorporated avance dans de nouvelles directions. La société s’est associée à une société en Floride pour adapter la pompe à chauffer du fuel synthétique à la place de l’eau. Un tel appareil écarterait les dangers d’incendie qui peuvent se déclarer dans une chaudière conventionnelle au gaz ou à l’électricité utilisant de l’huile dans son circuit, car la Pompe Hydrosonique n’utilise pas le processus de la combustion. GRIGGS dit que la pompe peut aussi être adaptée à d’autres fins, depuis la pasteurisation du lait jusqu’au contrôle de la pollution, en passant par les programmes spatiaux – « lorsqu’on envoie quelque chose dans l’espace, on préfèrerait que cela soit ininflammable. »

Les inventeurs que nous avons rencontrés jusqu’ici ont rencontré plusieurs formes de harcèlement : des cambriolages et la destruction de leurs équipements, des difficultés dans les affaires, des réductions de financement, des pressions gouvernementales, l’hostilité de la communauté scientifique, le manque d’intérêt, la violence ou des menaces de violence.

Tous ces passages, résumés et citations sont issus d’ Énergie libre et technologies disponible sur Amazon.fr. J’en ai simplement filtré et rassemblé l’essence – Emmanuel FESSELIER

Retourner à la liste des inventeurs

Envoi
User Review
5 (1 vote)

Comments are Closed